L’épopée de Poudlard 3. Le cambriolage de Gringotts

– Salut, Diggen ! dit la voix de Mathis.

– Salut, répond William en rassemblant ses livres.

– J’espère que cette année, ce ne sera pas ton tour de disparaître, dit-il sur un ton ironique en souriant.

Il s’éloigne. William qui a crue que Mathis était devenue son ami quand il l’a sauvé d’un sortilège impardonnable se dit qu’il s’est fait des idées. Ils repartent vers chez Mme Guipure, la couturière. Williamn et Peter sont tout de suite pris et ils se mettent debout sur un tabouret pendant que Mme Guipure prend les mesures. Ils esssayent des tas de robes différentes jusqu’à qu’elle dise à William et Peter.

– Vous êtes parfait.

– Merci, répondent poliment les deux garçons en se changeant à nouveau.

Ils ressortent, les mains chargés de paquet.

– On va à Gringotts, maintenant, dit la mère de William. Nous n’avons plus un sou en poche avec vos livres.

Ils longent l’allée jusqu’à un grand bâtiment blanc où est écrit en lettre dorée : Gringotts. Ils pénètrent dans le grand bâtiment. Des deux cotés, des gobelins travaillent. Une fois arrivés au fond, ils demandent :

– Pourrions nous rendre au coffre 333, s’il vous plaît, demande la mère de William en montrant une clé.

Ils passent par la porte de derrière et descendent dans long chemin. Ils sont installés dans un wagon qui descend dans les profondeurs de la terre. Le tunnel est croisé dans la roche. Au fur et à mesure qu’ils descendent, William a envie de vomir. Ils s’arrêtent enfin devant la porte 333. Ils descendent du wagon et le gobelin allume une torche.

– Clé, s’il-vous plaît, demande le gobelin.