L’épopée de Poudlard 3. Le cambriolage de Gringotts

Il lit le petit mot. William lui souhaite un bon anniversaire et lui dit qu’il va prendre le plus de farces possible. William range son cadeau et sort dehors. Il se dirige vers la petite cabane et sort son balai. Il se dirige derrière le manoir, dans un petit pré avec de hauts arbres. Peter vient demain et il est décidé à s’entraîner. Il prend des cailloux les lance sur un tronc d’arbre où est peint une cible. Il la touche en son centre. Son balai à l’accélération la plus rapide du monde : de 0 à 300 km/h en dix secondes. Il se risque très haut et aperçoit le toit de sa maison, elle parait très petite. Il redescend en piquet et redresse pile au bon moment.

La journée passe, William n’a fait que s’entraîner. Peter arrive demain, William lit un livre mais ses yeux tombent et il s’endort rapidement, sombrant dan l’immense pays des rêves.

Le lendemain, William tarde à se réveiller. Il est 9 heures quand il décide enfin à se lever. Il descend dans la cuisine. Sa mère lui beurre des toasts et son père lit le journal.

– Tiens, en ce moment Poudlard lance une annonce pour trouver un professeur d’arithmancie, dit le père de William en commentant son journal.

William termine son petit déjeuner en vitesse.

– William, va ranger ta chambre, ordonne sa mère, avant que ton ami n’arrive.

William monte les escaliers et longe le long couloir qui permet d’accéder aux chambres. Il entre dans la sienne et revêtit sa robe de sorcier jaune. Il saisit ses livres et les remet dans sa bibliothèque. Il s’active et range toutes ses affaires. Il sort de son placard un matelas et l’installe dans l’espace libre. Il redescend dans la cuisine quand son père sort de la maison. William sort dans le jardin et va dans la cabane de jardin. Il en sort un coffre. Il est rempli de farces, William prend un Transformum. Il enlève l’emballage, l’avale, et se transforme en Peter. Il s’approche de la porte à demi mort de rire. Il se reprend et sonne à la porte et sa mère vient lui ouvrir.

– Oh, Peter, dit la mère de William à son fils déguisé. Entre ! William est dans sa chambre.