L’épopée de Poudlard 3. Le cambriolage de Gringotts

– C’est vrai, renchérit Maud. Vous vous êtes entraînés dur pour gagner ce match, vous allez réussir.  J’en suis sure.

– D’ailleurs, rajoute Émeline, j’espère que vous allez gagner, j’ai parié trois gallions sur vous.

Les deux cousines de William repartent s’installer plus loin.

L’heure du match est enfin arrivé. Les joueurs se changent dans le vestiaire des Poufsouffles et revêtent leurs robes jaunes. Aurélie fait un petit discours et les joueurs entrent sur le terrain.

Tous les élèves sont assemblés dans les gradins. Les deux équipes forment un cercle et les deux capitaines se serrent la main. Les joueurs enfourchent leurs balais. Le souaffle est lancé en l’air et le match commence. William reçoit le souaffle et fonce vers les buts adverses, il fait la passe à Tom, un des poursuiveurs qui tire et marque. Les Serdaigles ont à nouveau le souaffle et cherchent à marquer quand Minerva, la gardienne bloque le tir. Elle renvoie à Aurélie qui tire de loin mais rate sa frappe et Serdaigle contre-attaque. Léa, l’attrapeuse, se redresse soudain et traverse le stade. L’attrapeur adverse la rejoint rapidement. Pendant ce temps là, William marque. Soudain, un cognard se dirige vers lui. Il fait un looping et repart à l’attaque avec ses coéquipiers. Les deux attrapeurs passent devant lui et il voit un nouveau cognard devant lui. Peter s’approche et le renvoi sur le gardien des Serdaigles qui se fait marquer. La course-poursuite avec le vif d’or continue et Léa se penche sur son balai.

– Allez, Poufsouffle, hurle Alicia en brandissant la banderole.

William la regarde pendant une seconde et se prend le souaffle dans la tête qui tombe dangereusement vers le sol.

– Qu’est ce que tu fais !? s’exclame Aurélie en saisissant le souaffle. Sois plus concentré dorénavant.

William, dont la popularité est déjà au plus bas, se fait huer par les Poufsouffles. Les Serpentards et les  Serdaigles ricanent. William repart à l’attaque et marque.

– Après un mauvais coup, braille Maxence dans le micro du commentateur, William